accueil » Infos vertes

Artiste du 21ème siècle, seule en scène avec ses loopers…

Eh oui, le modernisme est encore passé par là, pourquoi partager la cagnotte lorsque l’on peut remplacer ses musiciens par des machines. Effets de mode et boost des vendeurs de nouvelles technologies, on retrouve aujourd’hui des artistes sur des grandes scènes de festival seul sur scène « accompagné » par d’innommables machines « looper », « pédale de modélisation » permettant à l’artiste d’enregistrer des sons en direct sur scène, appuyer sur sa pédale ou boîtier et reproduire en boucle le son enregistré.

Voilà notre donc notre interprète, les yeux caler sur ses séquences à enregistrer, avec une nouvelle gestuelle, mi DJ, mi-musicien, mi-chanteur, mais au final seul sur scène.

Ou est le partage avec l’autre, le groupe ? Cet été, j’ai croisé un groupe de huit musiciens, montant leur scène et décor ensemble, se faire un petit apéro avant concert, se serrer dans les bras les uns le autres avant de monter sur scène pour donner au public leurs voix, leurs sons, leurs émotions, leurs partages.

Que fera notre artiste après son concert, boire un coup avec son « looper » ?

Vous allez me dire, il a des techniciens ; oui, peut-être…

Au final, la technologie qui permet, il est vrai de travailler ses compositions multi-instruments à la maison ou dans son studio de répet, se retrouve aujourd’hui sur scène, en laissant de côté ses potes, sa famille, son groupe.

Modernisme, quand tu nous tue !

Amis artistes, ouvrez les yeux, et pensez à couper vos outils « portables » !!

 

 

aa